Accueil > Fonds Roannais

Fonds Roannais

Fonds Roannais

Depuis la Renaissance, l’histoire du paysage se noue intimement avec celle du territoire. Honoré d’Urfé instaure en effet avec L’Astrée, une certaine idée pastorale des confins du Roannais et du Forez. Une impression qui perdure de nos jours. Et, de fait, il n’est guère besoin de courir au bout du monde pour s’affranchir de son quotidien et découvrir des paysages contrastés.



Car y a pas besoin, Pour trouver un coin, Où l'on se trouv' bien, De chercher si loin...



Qui veut crapahuter sur les hauteurs de la côte roannaise n’a qu’à choisir entre Saint-Haon-le-Châtel ou Ambierle. Qui veut observer les variations de la Loire peut à loisir l’admirer en surplomb depuis Saint-Jean-Saint-Maurice ou l’approcher à Briennon. Qui veut trouver en l’architecture une trace spirituelle, n’a qu’à arpenter le cloître de Charlieu ou la Bénisson-Dieu. Et à la croisée de tous ces possibles, Roanne. Car c’est bien connu, tous les chemins mènent à Roanne. Et ce depuis des siècles. Dès la Révolution, les bibliothèques confisquées aux établissements religieux du territoire constituent le fonds local ancien. Tout au long des XIXème et XXème siècles, cet ensemble premier est enrichi des dons de particuliers ainsi que d’une riche documentation composée de monographies, de brochures, d’un siècle de presse locale, un important fonds d’archives historiques ainsi qu’un fonds iconographique majeur réunissant cartes postales, cartes et plans, photographies et estampes. Une collection unique pour sillonner le Roannais, le Forez, une partie du Beaujolais et du Brionnais. Mais aussi pour s’immerger dans l’œuvre d’Honoré d’Urfé, Pierre Coton, Jean Papon, Louis Berchoux ou bien encore Louis Mercier. Autant de personnalités, autant de perceptions d’un territoire et de son identité.